L'allaitement

Publié le par Maternature.over-blog.com

On ne dira jamais assez que le lait maternel est ce qu’il y a de meilleur pour nourrir un bébé. On ne trouvera jamais en poudre en pharmacie ou grande surface, ce que l’on trouve dans le lait maternel, les vitamines et surtout les anticorps.

En France, les chiffres indiquent que beaucoup de maman n’allaitent pas leur bébé, contrairement à des pays européens comme la suède ou 80% des femmes allaitent.

Il y en a beaucoup qui ne veulent pas pour des raisons personnelles et je respecte leur choix, mais leur explique tout de même juste une fois les avantages de l’allaitement, tant pour maman que pour bébé ; cela leur permet de méditer sur les arguments pendant la fin de leur grossesse. De même je les encourage à essayer à la maternité avec les sages-femmes et les auxiliaires puéricultrice, enfin si le personnel est assez compétent pour les aider (c’est un autre sujet !) et si elles sont décidés à ne pas le faire, eh bien ce n’est pas grave, cela ne les empêchera pas d’élever leur enfants comme il faut et surtout de leur donner l’amour dont ils ont besoin.

L’allaitement est l’alimentation de base d’un nouveau né, mais aussi un moment de grande complicité avec sa maman, nourris au biberon, ce moment existe aussi ! Et avec le Papa aussi !

Il ya les mamans qui allaitent, 15 jours, 1 mois, 2 mois et qui n’y arrive plus ou qui sont trop fatiguées ou qui rencontrent des difficultés et qui décident d’arrêter ; souvent elles ont essayé de se battre pour continuer un peu, soit elles ont réussi et on pu continuer, soit elles ont échoué, mais auront quand même pu donner de bonnes choses à leur bébé pendant ces premiers mois de vie.

Au lieu de dire « c’est bête en se battant tu aurais pu continuer » je préfère dire « tu lui as donné des anticorps et des vitamines, de bonnes choses, c’est le principal, même si cela n’a duré que quelques semaines c’est déjà très bien ! » Et il ne faut surtout pas culpabiliser...

Et si un allaitement ne se passe vraiment pas bien, rien ne sert de s’obstiner à continuer, la maman va se stresser et ainsi faire stresser son bébé, cela finira par des pleurs, des angoisses, des blocages, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux ! Trop se focaliser sur un problème, augmente le problème !

Et puis les autres mamans, pour qui ca marche très bien, 9 mois, 1 an, 1 an ½, 2 ans… au bout d’un moment le bébé a eu sa dose de vitamines et d’anticorps, il a commencé à être diversifié, et le lait de maman est comme un dessert, mais surtout reste un moment complices, un moment de calme ou de réconfort avec sa maman.

 

La nature est bien faite… si la nature nous a créer nous les femmes avec ces 2 parties charnues en haut du torse composé de canaux lactifères pouvant produire du lait, ce n’est pas pour rien !

La nature avait décidé que nous devions nourrir notre progéniture ; tout comme les animaux nourrissent leurs petits…

Associer le sein à quelque chose de sexuel et estimer qu’allaiter est incestueux comme on peut le lire parfois est une réflexion que je ne commenterai pas car pour moi cette réflexion n’as aucun sens.

 

Avant d’être enceinte, j’avais en tête l’idée très forte que j’allaiterais mes enfants.Pendant la grossesse l’idée a muri et mon conjoint était aussi à 100% d’accord, il estimait que c’était bien meilleur que les laits en poudre !

J’ai lu les meilleures références de livres sur le sujet, j’ai étudié les différents problèmes qu’on pouvait rencontré afin de savoir à quoi m’attendre et ce qu’il fallait faire de suite si un problème survenait. Et le 6 juillet 2009 à 1h21, la 1ère chose que j’ai voulu, c’est mettre mon bébé au sein. Malheureusement cela ne s’est passé tout à fait comme je voulais, mais elle a été au sein 15 minutes après !

La 1ère tétée est impressionnante, surtout cette façon qu’ils ont aspirer le mamelon, à croire que c’est la 1ère chose qu’il savent faire dés la naissance, que c’est en eux !

Donc évidemment ne m’attendant pas à cela, j’ai eu un peu mal, mais c’était normal !

Les jours suivants, elle dormait beaucoup et ne tétait pas assez dans la journée, son poids a beaucoup chuté, j’en ai pleuré quand les auxiliaires puéricultrice disaient qu’il allait falloir donner un complément, elles remettaient mon allaitement en cause, mais ce qui m’a le plus choqué, c’est qu’elle ne m’ont pas réconforté et ne m’ont pas aidé. C’est seulement l’aide de mon conjoint qui me disait qu’il fallait se battre et l’aide d’une amie à l’autre bout de la France par téléphone qui m’ont fait tenir. Une seule personne de la maternité m’a un peu aidé, encouragé et soutenu dans mon choix, mais une seule sur le nombre de personne que peut compter une maternité, ce n’est pas énorme et avec le recul, je dirai que c’est inadmissible !

A la maternité, ils donnent un tableau à remplir, alors quand c’est notre 1er bébé, qu’on ne connaît pas trop, on applique ! J’ai rempli le tableau, tétée toutes les 3h, enfin quand Julie voulait bien, les changes… et quand je suis partie, une des auxiliaires m’as conseillé de me faire un tableau pareil à la maison !

Quand je suis partie « enfin » de la maternité - 5 jours enfermés ça a été très dur  (mais après coup… j’aurai du les savourer ces 5 jours !) - arrivée à la maison, j’ai posé mes affaires, dit bonjour à mon chat et je me suis installée dans mon canapé avec Julie pour la tétée, et elle a tétée comme elle n’avait jamais téter à la maternité. Le tableau, je ne l’ai pas fait, et j’ai vraiment suivi les demandes de ma fille, fait au feeling, suivi mes instincts et au bout de 4-5 jours, elle avait perdu son teint jaune, avait une bonne bouille de bébé bien nourri, et lors d’un contrôle à la PMI, la sage-femme a été étonné de voir le poids qu’elle avait repris. Parti de la maternité avec un poids en bas de courbe, elle a vite atteint le haut de la courbe. On le voyait de jour en jour juste en la regardant, elle était heureuse, elle prenait bien, et tout s’est parfaitement déroulé.

Après j’ai eu un soucis de douleurs à un mamelon, j’ai alors contacté l’animatrice de la LLL qui au vu des symptômes que je lui décrivais, m’a expliqué que c’était un vasospasme (problème de circulation dans l’extrémité du sein) Il fallait que je fasse attention à ce que Julie prenne bien le sein en bouche, je me massais le mamelon de temps en temps pour soulager la douleur et ça a disparu petit à petit.

Mon objectif était celui recommandé par l’O.M.S. : allaiter exclusivement 6 mois ! J’avais pris un congé parental, donc c’était faisable du fait que l’allaitement c’était bien mis en place !

Le 6 janvier 2010, le jour des 6 mois de Julie, on a constaté que cet allaitement lui convenait très bien, à moi aussi, et au papa aussi ; il avait ses moment « tendresse » avec elle, même sans la nourrir, il l’a changeait, la couchait… Donc on a décidé de continuer et que si on tenait jusqu'à 1 an, ce n’était que du bon, et si ca s’arrêtait avant, et bien ce n’était pas grave, puisqu’on avait déjà nourri Julie 6 mois, ce qui ‘était déjà très bien ! Moi-même je ne pensais pas que je tiendrais aussi longtemps, j’ai failli arrêter quand j’ai eu très mal !

Il y a eu des moments ou elle a été malade et se réconfortait dans la tétée, et le jour où avec un 39 de fièvre, elle a refusé de manger sa purée et n’a voulu que la tétée, j’étais bien contente ce jour là de toujours l’allaiter, cela a permis de la nourrir un peu durant les 3 jours ou elle a refusé de manger.

Aujourd’hui elle a 14 mois et elle tète encore ! Ceci dit je ne pense pas aller jusqu'à 2 ans ! Par moment c’est juste 2 minutes et elle retourne jouer, par moment c’est plutôt 10 minutes pour un gros câlin ! Et le soir, la meilleure tétée, celle pour se préparer au sommeil, un moment rien qu’a nous 2 au calme dans la chambre avec une faible lumière, je la regarde, je lui parle un peu, elle me tends sa main et me caresse le visage ou joue avec mes cheveux…

Actuellement avec tout ce que je fais à la maison, quand Julie veut téter, c’est un moment pour moi pour me poser 5 minutes, un moment calme et apaisant pour me détendre.

Les premiers mois, plusieurs fois en fin de journée, je m’endormais même pendant la tétée !

 

Les grands points important à savoir sur l’allaitement maternel

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande un allaitement exclusif jusqu'à 6 mois, l’introduction des solides à partir de 6 mois avec l’allaitement en complément possible jusqu'à 2 ans.

6 mois d’allaitement exclusif c’est long, mais vu la vitesse à laquelle passent les jours, ca passe vite, surtout si on travaille en plus.

 

On entend souvent des mamans dirent :

« J’ai arrêté car je n’avais plus de lait » on ne peut pas ne plus avoir de lait si un allaitement est bien conduit et si l’on respecte certaines règles, dont surtout le « à la demande » plus les seins sont stimulés, plus y’a de lait, c’est comme le principe de consommation, plus on consomme, plus on produit ! Le repos est aussi très important, une grosse fatigue entraine une baisse de lactation. Les 1ers mois il est important de bien se reposer, de dormir en même temps que bébé dans la journée afin de ne pas cumuler de fatigue.

 

«  Je reprends le travail, donc j’arrête d’allaiter », on peut travaille en allaitant et tirer son lait sur son lieu de travail afin de la donner en biberon ou avec un autre récipient (ce qui est mieux) à bébé durant la journée par la nounou ou la personne qui garde bébé, et continuer les tétées le matin et le soir.

Suivant les conventions collectives des entreprises, les femmes ont droit à 1h par jour pour tirer leur lait à condition qu’il y ait une pièce ou elle puisse s’isoler. Cette heure peut être en 2 fois 30 minutes suivant le patron !

 

« J’ai eu un engorgement, des douleurs affreuses, des crevasses… » à tous problèmes il y a des solutions, pour les crevasses, il y a des crèmes hydratante spéciales ou même d’appliquer son lait peut aussi hydrater le mamelon ; un engorgement se traite aussi en vidant son sein avec un tire-lait ou en massant son sein sous la douche pour vider et soulager le sein, mais si bébé tète beaucoup, les engorgements sont rares sauf si le réflexe d’éjection est fort (personnellement je n’en ai jamais eu). Au bout d’un moment on passe en lactation automatique, c'est-à-dire que l’on produit juste en fonction de la demande du bébé. En étant bien entouré et en ayant un personne proche de chez soi qui connaissent bien l’allaitement, on peut remédier aux différents problèmes rencontrés et continuer d’allaiter sans soucis.

Une chose très importante aussi pour éviter les crevasses, la position de mise au sein. Il est indispensable que bébé prenne à pleine bouche le mamelon, il doit être bien en face, pour cela il faut que bébé soit placé ventre contre notre corps et respecter une ligne oreille-épaule-bassin pour le bébé et bien soutenu par le bras de la maman. Si le bébé est mal placé, entre autre ventre vers le haut et tête tournée, cela provoquera des crevasses car la bouche sera mal positionnée par rapport au mamelon et le bébé tira sur le mamelon.

 

« J’ai été malade », même malade une maman peut allaiter, son lait ne sera pas infecté, si elle ne veut pas être en contact avec le bébé pour éviter de lui transmettre ses microbes, ou si elle est amené à être hospitalisé, elle peut tirer son lait afin de continuer à stimuler les seins pour produire encore.

Suivant certaines maladies, allaiter son bébé le protègera. Dans mon cas personnel, j’ai eu une gastro-entérite pendant 5 jours en plein hiver, j’ai continué d’allaiter, je me suis bien lavée les mains à chaque fois et elle ne l’a pas eu !

 

Les avantages médicaux de l’allaitement pour bébé :

Lui donner des anticorps et des vitamines et minéraux nécessaires à sa croissance

Protéger des affections de la sphère ORL, des maladies gastro-intestinales

Prévenir les problèmes d’allergies et de diabète et d’obésité

Et pour la maman aussi : bébé puise dans les réserves de la maman, mais la maman doit avoir une alimentation équilibré pour éviter les carences, boire beaucoup pour ne pas se déshydrater (l’allaitement donne soif !) et au fil des mois retrouvera sa ligne d’avant.

Certaines études montrent que l’allaitement diminuerai aussi les risques de cancers du sein.

 

L’allaitement a aussi des avantages techniques !

Pas de matériel à acheter, c’est déjà prêt, déjà chaud à la température qu’il faut, quand on sort on n’as pas besoin d’emmener tout ce qu’il faut pour nourrir bébé.

 

Les inconvénients ? Je n’en vois pas ! Ah si un ! Quand on sort pour des occasions, on peut difficilement mettre certains modèles de robe, à moins de trouver une belle robe d’allaitement ! Et dans les débuts on peut difficilement dormir sur le ventre !!!

 

Donc les règles d’or :

A la demande - Position correcte – Repos - Alimentation équilibrée – Boire - Etre entourée et soutenue.

DSCF4692-copier.jpg

Publié dans Allaitement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article